Poème : Complainte de mon but

img_all

La lune trop blême pose un diadème sur tes cheveux bruns
La lune lumière timidement éclaire ce bout de chemin
La lune retrouve cette odeur de louve au fond de tes yeux
Princesse de la guerre réchauffe ta chair auprès de mon feu

Les escaliers de la butte
Sont durs aux réfugiés
Les ailes du moulin
Ne peuvent les réchauffer

Petite menotte plus une goutte de flotte pour laver tes joues
Je sens ton chagrin et ce vieux destin plier tes genoux
Ta poitrine est lourde aux cris de tes sœurs restées sous les pluies
Esclaves des leurs aux idées noires-sœurs toujours en sursis

Les escaliers de nos luttes
Sont durs aux corps usés
Les ailes du bon sens
Se brisent sur des lois blessées

Je suis sur mes lèvres le goût du poison Made in vent du jour
Je cherche la tendresse, ultime caresse face à l’écran sourd
La da da da da da da da da da
Et voila qu’elle trotte cette lune qui flotte, la princesse aussi…

Les escaliers de ma crypte
Sont las sous les pavés
Cédric libère nos yeux, nos âmes
Et nos cœurs blasés…

Myriam Collet.

^v^ My 2017 ^v^
« Mais alors, dit Alice… si le monde n’a absolument aucun sens, qui nous empêche d’en inventer un ? » Lewis Caroll

http://poethique.blogspot.fr/p/complainte-de-mon-but.html



Categories: actualités, Poèmes, témoignages

1 reply

  1. Merci de me donner à lire ce poème amer et doux!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *