Fable : la loi du danger non assisté

 

Les lois interdisent de leur porter main forte.
Des veilles barcasses, bien basses trépassent
avec leur chargement victimes des rapaces….
Cargaisons de migrants, que la mer vous emporte !

Ils ont abandonné, déserté leurs déserts
paradis somptueux laissés aux trafiquants
où de belles ruines côtoient des morts vivants
des vieux, des gamins, la faim et mieux, la guerre.

Procession de migrants que la rue vous emporte,
Les lois interdisent de vous porter main forte…
Décampez dans les camps ! Ils sont pleins ? Fuyez
ailleurs, dehors, au froid, femmes enfants éparpillés.

Et devinez messieurs quelle est la différence
entre les réfugiés pour qui nos déférences
justifient qu’on écarte tous ces migrants intrus
leurs risques terroristes et leurs mœurs incongrus.

Prostrées, blessées, posées au bord du chemin
trois filles blotties épuisées immobiles…
…Lui file tranquille il rentre, volubile
quand son œil bifurque et croise ces humains.

Les lois interdisent de leur porter main forte.
La plus jeune est blessée. Elles n’ont plus de pain
grelottent d’épuisement. Le diable m’emporte
je ne suis pas satyre, mon cœur ronge mon frein.

Les lois interdisent de se montrer accorte
mais je dois assistance à personnes en danger
alors je stoppe, écoute, puis ouvre mes portes
m’arrête au village, soigne, donne à manger.

L’autoroute bloque l’audacieux délinquant
plus facile à coincer que ceux d’à côté
qui pillent au grand jour, jouant de cruautés
fort bien récompensées, parole de trafiquant.

« Monsieur, là bas c’est eux, ici, la loi prévoit
que l’homme de bien puisse perde son honneur »
dit un bon procureur qui choisit cette loi
du danger non assisté. « Vous, la légion du cœur
le risque d’invasion que vous faites courir
atteint l’ordre public ». Le juge lui comprend
que le droit, la morale obligent à secourir
contre la loi. Il rend un verdict cohérent.
Le siège fait appel… Quant à nous, avec ardeur
on te dit chevalier… de la région du cœur.

Pour médailler Pierre Alain Mannoni

Merci
Eric Binder le 12/01/2016



Categories: actualités, Poèmes, témoignages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *