L’arbre de la liberté

olivier

Le Tribunal de Grande Instance de Nice vient de rendre son verdict dans « l’affaire » de Pierre-Alain : Relaxe totale.
Même si c’était simplement l’énoncé d’un verdict, c’est une audience quand même avec la juge, ses deux assistantes, le greffier, le procureur, l’avocat, la barre, et l’accusé qui s’y tient…
Moi, une audience au Tribunal, ça me fait penser à une messe. Au signal, on se lève tous ensemble et on s’assoie tous ensemble. On écoute religieusement, en silence, pas un bruit, on ne dit rien, on retient presque son souffle. On tend l’oreille parce qu’on n’entend pas bien. On écoute c’est tout.
Avant 10 heures on  » évacue la salle ». Ça y est la messe est dite. La messe est dite et bien dite. On a l’absolution, pas de punition.
La Juge lit le jugement, elle reprend les faits, expose les articles de la loi, point par point. On suit, et progressivement point par point le poids diminue, tout s’allège. Ça dure un bon moment. Et elle est au bout, et termine par: « vous avez bien compris, c’est une relaxe totale »
Oui on a compris, est ce qu’on a bien compris, c’est vraiment chouette de l’entendre. C’est vraiment bien, c’est une bouffée d’air frais. Ça fait vraiment du bien.
On est soulagé.
Pierre-Alain sort, triomphant, il faut bien le dire. Et ça se comprend, parce que ça fait deux mois que ça dure. Ça occupe l’esprit beaucoup même si on est en accord avec soi-même et avec les autres. Heureusement on n’est pas tout seul, on est soutenu et ça aide énormément, beaucoup, beaucoup. Mais ça pèse.
On se retrouve au café en face, on se congratule. Là, je rencontre des tas de gens qui viennent féliciter Pierre -Alain et qui racontent leur histoire. Eux aussi ont été arrêtés pour avoir aidé des réfugiés et ce verdict les rassure. Ils sont nombreux dans ce cas.
Nous sortons du café et là sur les marches du Palais de Justice, dans l’axe, il y a un Olivier.
Je l’ai vu aussitôt. Il est là, il attend, si petit devant ce grand bâtiment et si grand par tout ce qu’il représente. C’est un symbole magnifique. C’est l’arbre de la paix, de la solidarité, de la vérité. L’Olivier c’est un arbre mythique, c’est un arbre de chez nous, il nourrit, il abrite, on en fait des rameaux pour Pâques, c’est le rameau que la colombe a rapporté à Noé après le déluge, et il ne meurt jamais. C’est un arbre de vie.
C’est une idée lumineuse d’avoir porté cet arbre-là à ce moment là
Merci pour ce geste chargé de tant de choses. On m’a dit que c’est Amine qui l’a porté. Je ne le connais pas, j’espère le retrouver pour le remercier.
Ce matin Pierre-Alain m’a apporté cet Olivier. Il l’a posé près de l’olivier que j’ai planté au moment du décès de son Papa et qui est en pot car je veux le garder toujours avec moi, même si je déménage. Cela fait 7 ans, il vit avec moi. L’émotion était forte.
Celui-ci a autant d’importance. J’en prendrai grand soin.
Un grand merci pour ce geste qui nous touche profondément.
L’affaire n’est pas finie, le parquet fait appel. La date n’est pas encore connue.
Même si on s’y attendait, c’est une déception. C’est quoi cette loi qui veut punir quand on aide et quand on partage? C’est quoi ce monde ?
C’est quoi déjà?
« Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir ».
Oui. Mais ça c’était sous Louis XIV. Depuis on est en république, tous les hommes naissent libres et égaux en droits…

Texte communiqué par la mère de Pierre-Alain aux signataires de la pétition  « tous avec Pierre-Alain »



Categories: actualités, Procès de Pierre-Alain

5 replies

Trackbacks

  1. Mama Herrou écrit au procureur. La frontière, la Gestapo, l’accueil d’enfants, on connait ça chez les Herrou… – Citoyens solidaires du 06
  2. L’appel de la mère de Pierre-Alain – Citoyens solidaires du 06
  3. Quand les mamans des délinquants papotent : Mamoune Mannoni répond à Mama Herrou ! – Citoyens solidaires du 06
  4. Délit de solidarité : quand la révolte enfle | Passeurs d'hospitalités
  5. The Solidarity offence: when the revolt swells | Passeurs d'hospitalités - English

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *